Bienvenue sur le site de ANAHATA …

15 août 2017

Bonjour à toutes et à tous,

Vous ne connaissez pas le Kundalini Yoga … Vous cherchez une pratique qui vous apporte à la fois énergie et détente, concentration et spiritualité Consultez le détail de nos cours et de nos ateliers de Kundalini Yoga pour la saison 2017-2018, dans la région d’Annecy, et venez faire un cours d’essai avec nous

Vous cherchez des informations sur les pratiques du Kundalini Yoga. Utilisez pour cela :

  • La recherche par catégories, en cliquant, dans le menu déroulant, sur la catégorie qui vous intéresse, par exemple, la santé.
  • La recherche par mots-clés, en indiquant le mot qui vous intéresse dans la fenêtre « Je recherche » ou en cliquant sur un mot dans le « Nuage » ,
  • La recherche par dates, en sélectionnant, dans les archives, le mois et l’année qui vous intéressent.

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, contactez-nous.

A très bientôt le plaisir de vous rencontrer et de partager avec vous les bienfaits de ce merveilleux yoga.

Sat Nam,

Claire et Dominique PUVILLAND
Professeurs de Kundalini Yoga
Diplômés de niveau 1 et 2

Membres de la FFKY

Categories: Pratiques.

Tags:

Le yoga booste le cerveau et modifie vos gènes …

31 juillet 2017

Multitasking: the Opposite of the Buddha Brain | ScienceAndReligion ...


Pratiquer régulièrement le yoga épaissit votre cortex cérébral et modifie l’expression de vos gènes

Des scientifiques brésiliens ont analysé par imagerie à résonance magnétique le cerveau de 21 femmes pratiquant le yoga depuis au moins huit ans, à raison d’au moins deux fois par semaine. En le comparant à un groupe témoin (même moyenne d’âge, même niveau d’activité physique mais ne pratiquant ni yoga ni activité « contemplative »), ils ont découvert qu’une partie de leur cerveau était plus épaisse : le cortex préfrontal gauche, zone spécialisée dans des fonctions cognitives comme l’attention ou la mémoire.

Les résultats de cette étude suggèrent que le yoga pourrait avoir un effet protecteur contre le déclin cognitif lié à l’avancée en âge. En effet, la structure et le fonctionnement de notre cerveau se modifiant avec l’âge, on constate conjointement un amincissement du cortex et un déclin cognitif.

Le yoga pour contrer le déclin cognitif

Comment ralentir ou inverser ce déclin ? On aurait pu imaginer qu’une pratique comme la méditation était nécessaire pour constater de tels effets, mais il semble que le yoga, en associant exercices respiratoires et volonté consciente de maintenir des postures physiques, est très bénéfique également. « Tout comme les muscles, le cerveau se développe avec l’exercice » explique Elisa Kosaza, une scientifique en charge de l’étude. « Comme toute pratique contemplative, le yoga a une composante cognitive qui mobilise l’attention et la concentration » ajoute-t-elle. Si toutefois pour achever de valider l’hypothèse, il faudrait s’assurer que les femmes de cette étude n’avaient pas un cortex plus épais que la moyenne avant de pratiquer le yoga, ces résultats vont dans le même sens que d’autres études antérieures démontrant un effet positif du yoga sur l’attention et la mémoire.

Yoga, stress, ADN et inflammation

Non seulement la pratique du yoga influence-t-elle positivement le fonctionnement du cerveau mais, au même titre que le Tai Chi ou la méditation, elle peut « inverser » des réactions moléculaires au niveau de notre ADN en cause dans la dépression, l’immunité et les phénomènes inflammatoires. C’est la conclusion d’une synthèse de l’université de Coventry compilant 11 ans d’études s’intéressant à l’effet des pratiques dites « corps-esprit » sur l’expression de nos gènes (18 études, 846 participants).

En situation de stress, notre système nerveux augmente la production de NF-κB, une hormone qui active des gènes de manière à ce qu’ils produisent plus de cytokines pro-inflammatoires au sein de notre corps. Cette production accrue de cytokines inflammatoires est nécessaire ponctuellement pour gérer l’urgence ou la réponse « combat ou fuite », et fut indispensable à nos ancêtres chasseurs-cueilleurs face à des menaces sur leur intégrité physique. Mais en situation de stress chronique et d’origine psychologique comme aujourd’hui, elle devient facteur de risques accrus de cancer, de vieillissement accéléré ou de dépression.

Or que montre ces études ? Que les personnes qui pratiquent des disciplines telles que le yoga ou le tai chi expérimentent un processus opposé : à savoir une baisse de la production de NF-κB et de cytokines, et une baisse des commandes génétiques de l’inflammation, et donc des nombreuses pathologies associées à l’inflammation chronique. Autrement dit, ces activités inversent les effets que le stress et l’anxiété ont normalement sur notre corps en modifiant l’expression de nos gènes.

« Des millions de personnes à travers le monde profitent des bénéfices de santé des techniques corps-esprit comme le yoga ou la méditation, mais ils ne réalisent peut-être pas que ces bénéfices commencent au niveau moléculaire et peuvent modifier la manière dont notre code génétique interagît avec le corps » explique Ivana Buric du Centre Psychologie et Comportement de l’université de Coventry.

Commencer doucement pour profiter de ses bienfaits

Autant de bonnes raisons de se mettre au yoga, donc. Toutefois si vous débutez, commencez tranquillement, surtout si vous êtes sujet aux douleurs musculo-squelettiques. En effet, une récente étude de l’université de Sydney montre que si 74% des participants de la recherche ont vu leurs douleurs musculo-squelettiques antérieures s’atténuer avec la pratique du yoga, 10% ont éprouvé des douleurs pour la première fois* (épaules, coude, poignet, main) tandis que 21% ont vu leurs douleurs antérieures s’amplifier. Avec ceci en tête, commencez le yoga de manière encadrée et pensez à bien prévenir vos enseignants des douleurs, accidents ou fragilités osseuses que vous avez pu rencontrer dans le passé.

Cet article est tiré du n° 256 de la revue « Alternative Santé ».


Références :

  • Frontiers in Aging Neuroscience, 2017
  • Frontiers in Immunology, 2017
  • Journal of Bodywork and Movement Therapies, 2017

* Commentaire de Claire et Dominique PUVILLAND, professeurs de Kundalini Yoga :

Il est normal de ressentir des douleurs quand on pratique du yoga pour la première fois. Cela est du au fait que cette pratique fait fonctionner des muscles qui ne sont pas activés habituellement. Les douleurs vont passer par un pic d’intensité le surlendemain de la pratique, puis décroître rapidement en quelques jours.


 

 

Categories: Dépression, Pratiques, Santé.

Tags: ,

Face à la dépression, la méditation est le médicament pour l’âme !

6 mai 2017

Faire face à la dépression (réduit)La dépression est un appel de l’âme pour nous apprendre comment faire face à l’émotion de la tristesse. Au cœur même de la tristesse, il y a le message que nous sommes déconnectés de notre propre âme. Nous avons fermé notre cœur à nous-même. Pour faire face à la tristesse, nous devons aller à l’intérieur de nous-même. La tristesse est une émotion très personnelle. Nous pensons que ce sont des événements extérieurs à nous-même qui nous rendent triste. Mais, en réalité, personne ne peut nous rendre triste, en dehors de nous-même

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur Pour faire face à la dépression.


Méditation pour sortir de la dépressionMéditation pour faire face à la dépression

Yogi Bhajan a enseigné en 1979 cette méditation pour vous recharger totalement et pour être un antidote à la dépression. Elle construit un nouveau système biochimique, vous donne la capacité et l’envergure pour faire face à la vie, et elle établit une relation directe avec le corps pranique.

Instructions :
Asseyez-vous en tailleur avec la colonne vertébrale bien droite et les bras tendus devant vous, parallèles au sol. Fermez la main droite en forme de poing, entourez-la avec les doigts de la main gauche (Voir schéma ci-dessus). Les bases des 2 paumes sont en contact. Les pouces sont accolés et dressés à la verticale. Le regard est tourné vers les 2 pouces.

Inspirez en 5 secondes, et, sans retenir votre souffle, expirez en 5 secondes, puis restez poumons vides pendant 15 secondes.

Poursuivez ce cycle en commençant par 3 minutes et progressez lentement jusqu’à 11 minutes.  Vous pouvez aussi retenir votre souffle jusqu’à 1 minute.


Categories: Dépression, Méditation, Pratiques, Santé.

Tags:

Pratiquer « Sitali Pranayama » ?

27 mars 2017

Dans le Kundalini Yoga, la respiration « Sitali pranayama » est souvent utilisée pour réduire la fièvre et réguler la pression sanguine, ainsi que pour soigner les troubles digestifs. Pour respirer de cette façon, il faut rouler la langue en forme de tuyau, et sortir le bout du tuyau à l’extérieur, à travers les lèvres fermées. Aspirez l’air profondément par ce tuyau, puis expirez par le nez.

Mais certains élèves, malgré tous leurs efforts, n’arrivent pas à pratiquer cette forme de respiration et aimeraient bien savoir pourquoi. Cet article, paru dans le numéro d’octobre 2016 du mensuel « Sciences et Vie », leur apporte une explication scientifique à cette difficulté ainsi que l’espoir d’arriver, avec un peu d’entraînement, à la pratiquer enfin …


Sitali Pranayama« Nous n’avons pas de réponse très précise », répond Didier Lacombe, chef du service de génétique médicale du CHU de Bordeaux. Mais, selon toute vraisemblance, cette capacité à retrousser les bords de sa langue vers le haut, en forme de « U », serait le résultat de facteurs innés, même si ce geste pourrait être appris avec un peu d’entraînement.

« Vu que près de 65% de la population caucasienne sait réaliser ce mouvement, on peut penser qu’il y aurait bien une transmission génétique de cette prédisposition, reprend le spécialiste. Cela pourrait par exemple concerner les gènes qui définissent la longueur et la laxité de la langue. »

Logique : le fait de rouler sa langue dépendrait donc des caractéristiques de celle-ci et de ses muscles… Or, ces caractéristiques dépendent en partie de nos gènes. Mais la génétique n’explique pas tout. En effet, plus un individu s’entraînera à rouler sa langue en « U », plus il aura de chances d’y parvenir après un certain temps, qu’il possède ou non des prédispositions génétiques favorables.

Avec un peu de pratique …

Si, historiquement, les scientifiques ont longtemps pensé que l’explication ne pouvait être que génétique, une étude publiée en 1975 par le généticien australien N. G. Martin, a prouvé le contraire. En demandant de rouler leur langue en « U » à de vrais jumeaux, qui possèdent donc des gènes identiques, il s’est aperçu qu’un seul des deux frères en était capable.

Ce jumeau aurait en fait développé, consciemment ou non, ses capacités naturelles (muscles et caractéristiques de la langue) en s’entraînant. Il aurait donc, contrairement à son jumeau, su profiter des facteurs génétiques favorables qu’ils partageaient.


Categories: Respiration.

Tags:

Le lavage du nez (Jala Neti)

30 janvier 2017

Le Jala Neti est une très ancienne pratique des yogis qui consiste en un véritable lavage par de l’eau salée des fosses nasales et des sinus. Cette pratique facilite la respiration et stimule les terminaisons nerveuses situées dans les fosses nasales. Elle se pratique journellement lorsqu’il n’y a pas de contre-indication.

Comment pratiquer :

On utilise pour ce lavage, un récipient spécifique appelé « lota » (voir la photo ci-contre). On le remplit avec de l’eau légèrement salée, si possible à la température du corps. La concentration en sel doit être identique à celle du sérum physiologique, c’est à dire environ de 9 grammes par litre d’eau, soit une petite cuillère à café de sel marin ou mieux de fleur de sel.

On introduit le bec du lota dans l’une des narines, la droite par exemple. On penche la tête en avant pour que l’eau ne s’écoule pas dans la gorge, et du côté opposé, soit ici à gauche, et on laisse tout simplement couler l’eau de la narine droite vers la narine gauche. Pour assurer une bonne étanchéité entre la narine et le lota, il est préférable que son embout soit de forme conique. Puis, on fait l’inverse avec l’autre narine.

En passant par les canaux du nez, l’eau salée entraînera tous les dépôts qui stagnent dans le nez et qui favorisent le développement de microbes indésirables. Pendant toute l’opération, la bouche doit rester ouverte, que l’on respire ou non.

Après ce lavage des narines et des sinus, il est important de bien les sécher. Pour cela, inclinez la tête vers l’avant et laissez l’eau restante s’écouler d’elle-même. Puis croisez les mains dans le dos, inclinez le buste vers l’avant jusqu’à ce qu’il soit à l’horizontale, inspirez par la bouche et expirez vigoureusement par les 2 narines, d’abord en relevant la tête, puis en l’abaissant, puis en la tournant à droite, puis en la tournant à gauche. Continuez ainsi pendant une à deux minutes, jusqu’à ce que vos narines soient bien sèches. Vous pouvez amplifier l’effet d’expulsion de l’eau résiduelle en bouchant l’une des deux narines avec un doigt.

Essayer cette pratique … c’est l’adopter !

Téléchargez le document suivant qui contient des informations plus détaillées sur cette pratique et ses bienfaits pour votre santé : Neti kriya

Categories: Santé.

Tags: , ,

En savoir plus sur « Gyan Moudrâ » …

17 janvier 2017

Nota : Cet article est tiré du SAT NAM INFOS n° 2012 – 01 / Mars-Avril 2012 / Page 12


Qu’est-ce que « Gyan moudrâ » ?

Un moudra est une posture de la main qui a un effet sur le cerveau grâce aux méridiens qui relient les extrémités des doigts avec certaines parties du cerveau.

« Gyan moudrâ » est un moudrâ puissant pratiqué depuis des milliers d’années par les yogis pour apporter la paix, le calme, Gyan Moudraet le progrès spirituel. « Gyan » signifie « connaissance » et « moudrâ » signifie « posture de la main » ou « sceau énergétique ». Il est relié aux qualités de la planète Jupiter. Des grands maîtres spirituels tels que Gourou Nanak, le Christ et Bouddha sont régulièrement représentés avec cette posture de la main. En plus de ses nombreuses qualités spirituelles, « Gyan moudrâ » présente des avantages nombreux et variés en matière de santé. Ce sont les raisons pour lesquelles ce moudrâ est l’un des moudrâs les plus pratiqués.

Comment prendre la posture de « Gyan moudrâ » ?

Pincez les extrémités du pouce et de l’index. Les autres doigts sont droits, joints mais détendus. La pression entre le pouce et l’index est légère. La forme active de ce moudrâ , utilisée dans certains pranayamas ou exercices puissants, consiste à plier l’index sous le pouce de sorte que l’ongle de celui-ci presse la partie charnue du pouce.

Pourquoi pratiquer « Gyan moudrâ » ?

« Gyan moudrâ » a beaucoup d’effets. Stimulant le chakra racine, il soulage les tensions et la dépression. Il active les qualités attribuées à la planète Jupiter : l’expansion et la connaissance. Il est très apaisant et apporte à celui qui le pratique, calme et réceptivité dans la méditation.

Connu aussi sous le nom de Vaayu-Vardhak dans l’Âyurveda traditionnel, ce moudrâ renforce l’élément « air » (ou Vaayou), stimulant ainsi le cerveau et l’autonomisation du mental, du système nerveux et de la glande pituitaire. Parmi ses nombreux avantages, on trouvera la stimulation du système endocrinien et, à travers l’élément « air », l’assèchement des articulations et des cartilages qui, autrement, pourraient être remplis de liquide, provoquant douleur et raideur des articulations.

La symbolique de « Gyan moudrâ » ?

Dans le Kundalini Yoga tel qu’il l’a enseigné, Yogi Bhajan a indiqué que l’index, le doigt de Jupiter, se rapporte à l’élément « Éther » (Akaash), alors que dans de nombreuses formes de l’Âyurveda, ce doigt est censé se rapporter à l’élément « Air ». La science des moudrâs est quelque peu fluide, car il y a beaucoup de traditions. Si « Gyan moudrâ » est vu comme se rapportant à l’élément « Éther » au lieu de l’élément  « Air », ses bénéfices s’étendent alors au sens de l’ouïe. Quel que soit l’élément que ce doigt représente, le résultat final en termes d’expansion, de calme, d’élévation et de réceptivité à la connaissance reste le même.

La pratique de « Gyan moudrâ » ?

Dans le Kundalini Yoga, « Gyan moudrâ«  est le plus souvent pratiqué avec les mains posées sur les genoux et les coudes effacés, bien que Yogi Bhajan l’ait enseigné avec de nombreuses variantes. Si les paumes sont tournées vers le bas, on est à la terre et on s’y enracine. Si les paumes sont tournées vers le haut, vous vous connectez à la connaissance céleste. Dans cette position, l’une des plus communes dans le yoga et la méditation, le pratiquant se détache des affaires du monde.

Les variantes de « Gyan moudrâ » ?

Une des variantes de ce moudrâ inclut « Abhay Gyan moudrâ« , qui consiste à tenir les deux mains en « Gyan moudrâ » et à lever les bras vers le haut, les paumes tournées vers l’avant (comme si vous prêtiez serment). Dans cette posture particulière, le moudrâ inspire le courage. Une autre variante, connue sous le nom « Dhyân Gyan moudrâ », consiste à poser les mains en « Gyan moudrâ » l’une sur l’autre dans le giron (sur le haut des cuisses, en dessous du nombril) avec les paumes face à face. Il existe encore de nombreuses variantes de ce moudrâ, et vous les verrez apparaître par ci, par là, dans les méditations et les kriyas du Kundalini Yoga.

Traditionnellement en Inde, les moudrâs sont pratiquées comme des méditations distinctes. Si vous choisissez de pratiquer « Gyan moudrâ » séparément d’une méditation du Kundalini Yoga, il est suggéré de tenir le moudrâ pendant au moins 30 à 45 minutes (tôt le matin, c’est l’idéal) pour en tirer tous les bénéfices en matière de santé. Vous pouvez également ajouter « Gyan moudrâ » lorsque vous chantez un mantra dans la tradition du Kundalini Yoga. Ce moudrâ vous servira de « moudrâ par défaut » lorsque vous ne savez pas quoi faire de vos mains quand vous chantez ou que vous méditez.

 

Categories: Méditation, Moudra, Pratiques.

Tags:

Méditation pour décembre 2016

13 décembre 2016

 


Méditation pour la prospérité


 

  • image-prosperite-01Posture : Assis jambes croisées, avec un léger jalandhar bhand.
  • Position des yeux : Les yeux sont fermés, tournés vers le haut, sur le point entre les sourcils. Une autre position consiste à garder les yeux ouverts dirigés vers le bout du nez.
  • Mantra :

HAR HARAY HARI

WAHÉ GOUROU

Ce mantra utilise les trois qualités de HAR – semence, énergie de la vie, achèvement – qui conduisent vers l’extase Infinie de Dieu.

  • Moudra : Les coudes sont contre le corps, les avant-bras parallèles au sol. Les doigts pointent vers l’avant, les paumes sont tournées vers le haut, les poignets effacés. L’extrémité des pouces et des index est en contact. Chantez le mantra sur un rythme constant.
  • Durée : Continuez pendant 11 minutes à 31 minutes.

COMMENTAIRES

Cette méditation procure conseil et recommandation face à tout obstacle. L’avenir est dégagé, dépourvu d’anxiété. Chaque action crée un impact et une onde de choc. Cette méditation permet d’utiliser le Mental neutre pour savoir intuitivement quel sera l’impact, attendu et inattendu, de ce que vous pensez en ce moment même, ou de ce que vous avez pensé dans le passé.

Si cette fonction n’est pas équilibrée, les gens s’éloigneront de vous socialement, parce qu’ils auront peur, subconsciemment, de votre perception, votre comportement abrupt et votre vérité. Lorsque cette fonction est équilibrée, vous acquérez la sagesse et l’intuition vous permettant de faire confiance à tout ce que se présente à vous. Vous ne vous laissez pas influencer par l’abondance et vous ne vous égarez pas du chemin.


 

Categories: Méditation, Pratiques, Prospérité.

Les vertus du Yogi Tea « Classic »

12 décembre 2016

yogi-tea-classicLe Yogi Tea Classique est une boisson énergétique et saine qui revitalise toutes les glandes.

C’est Yogi Bhajan qui a donné cette recette d’épices et les produits « Yogi Tea » respectent les proportions médicinales correctes de la médecine Ayurvédique.

La cannelle est un antiseptique intestinal.

Le gingembre renforce le système nerveux. Ce n’est pas un aphrodisiaque pour l’Ayurvéda. Au contraire, il recentre les personnes dispersées. Il peut permettre de dormir, il n’est pas excitant.

Le clou de girofle joue au niveau du poumon, il renforce le système immunitaire.

Le poivre noir accélère la circulation et réchauffe, il purifie le sang.

Quant à la cardamome, les Indiens en mettent dans tous leurs plats, elle aide à digérer.

 

Categories: Santé.

Tags:

Méditation pour novembre 2016

12 novembre 2016

Méditation pour ouvrir le cœur

  • image-1Posture : Assis jambes croisées, avec un léger jalandhar bhand.

  • Position des yeux : Les yeux fermés, regardez vers le haut en vous concentrant sur le point entre les sourcils.
  • Mantra :

SAT  KARTAAR

  • Sur SAT, pressez les mains l’une contre l’autre en posture de prière, au centre de la poitrine.
  • Sur KAR, tendez les mains latéralement depuis les épaules, à mi-chemin de la position finale. Les doigts sont pointés
    vers le haut.
  • Sur TAAR, les bras sont entièrement tendus sur les côtés et parallèles au sol, les doigts pointés vers le haut.

La transition entre les mouvements est fluide.

  • image-2Durée : Pas de durée spécifiée.

  • Commentaires : Si vous avez l’impression que votre cœur est fermé, qu’il n’y a pas d’amour qui en découle, et que vous  souhaitez ouvrir votre cœur, pratiquez cette méditation.

Sat Kartar est un mantra que Gourou Nanak, le fondateur de la voie spirituelle sikhe (d’où proviennent bon nombre des mantras du Kundalini Yoga) prononçait quand les choses devaient arriver, bonnes ou mauvaises. Sa réponse était : Sat Kartar et, en effet, il disait que Dieu ou l’Unique était à l’origine de cette action, de cette situation.

image-3Le son Sat, dans ce mantra, identifie l’authentique son de l’âme et signifie : « L’Essence de la Vérité, ou de l’Etre ».

Kartar signifie l’Auteur et quand ces deux mots sont associés, c’est pour désigner Celui qui est l’Auteur, celui qui crée la manifestation, celui qui fait avancer la Vérité. Lorsque ces sons premiers sont répétés, réaffirmés au cours du temps, dans le cadre d’une pratique spirituelle, nous ouvrons, nous déployons et nous dirigeons le flux d’énergie de notre cœur.

Le deuxième aspect de ce mantra pour l’ouverture du cœur est qu’il est une clé pour vivre dans un état de Foi ; nous appelons nos âmes à avancer, à expérimenter, à agir dans nos vies avec la croyance et la compréhension que Dieu, l’Unique, est à l’œuvre dans toute situation.

Pour expérimenter dans nos vies la confiance et la foi dans l’amour, nous avons quelquefois besoin, en premier lieu, de faire ce travail d’ouverture et de confiance dans le Flux Divin à l’origine de tout. Quand nous nous ouvrons à ce Flux, alors nous installons et nous créons, en réponse à l’Univers, un flux dirigé vers nous pour recevoir tout ce qu’Il attend de nous donner.

Categories: Méditation, Pratiques.

Atelier « Kundalini Yoga et Gong » du 19 novembre 2016

10 novembre 2016

atelier-ky-et-gong-19-novembre-2016

Categories: Atelier, Méditation, Pratiques, Relaxation, Série d'exercices, Yogi Bhajan.

Page 2 of 5«12345»
Mentions légales